Une arrow D'autres réponses
D'autres réponses Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Arnaud Marsollier   
01-06-2010
blackhole.jpg
Artist’s view of a super massive black hole accelerating astroparticles - NASA/Dana Berry, SkyWorks Digital

Avec l’époque moderne, physiciens et astronomes ne sont plus seuls ceux pour accumuler inlassablement des mesures et mieux effectuer des prédictions, ou attendre des nuits entières que survienne un phénomène céleste. Télescopes, satellites et détecteurs ultra-sensibles les aident à dévoiler des objets invisibles, à piéger des particules infimes aux énergies parfois impossibles à reproduire en laboratoire.

 

 


cephea.jpg Cephea Nebula CTA1 / credit : NASA/ S.Pinault, DRAO




Pour valider nos théories sont mises au point des expériences centrées sur la détection de phénomènes rares ou de particules très difficiles à observer comme les neutrinos. Des rayons cosmiques de haute énergie à l’origine encore inconnue aux particules exotiques, des ondes gravitationnelles aux rayons gamma, tous ces nouveaux «messagers» cosmiques sont autant de sources d’information sur l’Univers que d'indices de la nature même de la matière qui nous entoure. Ils nous aident à explorer les grandes structures de l’Univers, et les plus infimes mécanismes de la matière. La physique des astroparticules est la science des deux infinis.
Dernière mise à jour : ( 07-08-2010 )
 
< Précédent   Suivant >